L'Institut de paléontologie humaine

Henry de Lumley et Anna Echassoux Collection Regards...

> Un chef d’œuvre de l’art nouveau méconnu en plein Paris.

> La première étude publiée sur ce monument.

> Un reportage photographique commandé pour l’ouvrage.

Pages : 64Illustrations : 102Format : 26 x 24 ISBN : 9782757707579
Prix
12

Fiche détaillée

En plein cœur du 13e arrondissement de Paris, l'IPH (Institut de paléontologie humaine) est l'un des monuments les plus singuliers de l'architecture Art Nouveau
Pour faire honneur à la science et rappeler le don fait à celle-ci par le Prince Albert Ier de Monaco, c’est à l’architecte Emmanuel Pontremoli, grand prix de Rome en 1890 et directeur de l’École nationale supérieure des beaux-arts, que la conception de l’Institut de paléontologie humaine a été confiée. Pour sa réalisation, Pontremoli va faire appel entre 1911 et 1914 aux principaux artisans qui ont travaillé pour lui sur le chantier de la « folie à l’antique » de la villa Kérylos (Beaulieu-sur-Mer) voulue par Théodore Reinach. 
Tout le génie de Pontremoli s’exprime dans le caractère monumental de ce bâtiment, desservi par une double façade contribuant à le mettre en scène à l’emplacement pourtant contraignant qui avait été choisi, tout en respectant un cahier des charges exigeant. Le vaste bâtiment inauguré en 1920 représente sur quatre niveaux une composition faite de volumes imposants et de respect des impératifs scientifiques pour lesquels les outils les plus modernes d’alors sont mis en œuvre : laboratoires de photographie et de chimie, ateliers, salle de conférence et d’exposition, salles de collections, bibliothèque, salle de dessin, cabinets de travail.
Le riche programme décoratif des façades de l’institut, réalisé par le sculpteur Constant Roux, lui aussi grand prix de Rome, s’inspire essentiellement de scènes de la vie quotidienne des peuples dits primitifs, évoquées comme un écho aux temps préhistoriques.
À l'intérieur, comme au premier jour, bureaux, salles de consultation et de documentation, auditorium, vitrines cachant des trésors de paléontologie, conduisent le visiteur dans un univers hors du temps.

Sommaire

De l’origine de l’Institut de paléontologie humaine au creuset d’un patrimoine mondial exceptionnel

     Une passion précoce
     De multiples chantiers de fouilles entrepris par Albert Ier de Monaco
     La nécessité d’un musée anthropologique à Monaco
     Création de l’Institut de paléontologie humaine 
     L’œuvre d’un architecte-archéologue
     Deux institutions étroitement liées
     Des espaces adaptés à un programme scientifique et didactique
     La belle époque de l’IPH
     La provenance des collections
     La vocation de l’IPH
     Ses missions statutaires
     Les chantiers de fouilles préhistoriques
     Un rôle de coordination international

Regards sur L’Institut de paléontologie humaine

Savoirs au-delà…

     Ces personnalités qui ont marqué l’Institut de paléontologie humaine
(Henri Breuil, Marcellin Boule, Salomon Reinach, Pierre Teilhard de Chardin)
     Comment s’organise une fouille
     Des trouvailles exceptionnelles conservées à l’IPH
     Découvertes réalisées à l’IPH
     Des moulages plus vrais que nature
     Le rhinocéros laineux de l’IPH   

Auteur(s)

Henry de Lumley, préhistorien et géologue du quaternaire, est président de l’Institut de paléontologie humaine (Paris) ; il est spécialiste des cultures du paléolithique ancien et moyen. Il a publié plusieurs livres aux Éditions du patrimoine dont Le Mont BegoL’Homme de TautavelLe Vallonnet – Terra Amata – le Lazaret, Les Gorges du Verdon.

Anna Échassoux est directrice générale de l’Institut de paléontologie humaine. Elle est l’auteur d’une thèse sur l’étude paléoécologique, taphonomique et archéozoologique des faunes de grands mammifères de la grotte du Vallonnet, Roquebrune-Cap-Martin, Alpes-Maritimes.

MenuFermer le menu