Les Maisons de la Culture en France

Sous la direction de Richard Klein Collection Carnets d'architecture

> Lancé par Malraux, l’un des grands projets de la jeune Ve République.

> De grands noms de l’architecture mondiale au service de la démocratisation culturelle.

> La culture au cœur des villes.

Pages : 192Illustrations : 190Format : 16 x 21 ISBN : 9782757705575
Prix
25

Fiche détaillée

Avec la naissance du Ministère des affaires culturelles en 1959, les Maisons de la culture deviennent le programme phare de la politique de décentralisation culturelle menée en France sous les auspices d’André Malraux. Hauts lieux de la scène théâtrale, ces Maisons ont été des instruments de diffusion des arts plastiques, de la musique ou du cinéma et dans certains cas de la culture architecturale.

Mais, entre la maison de la Culture de Bourges, qui prend place dans un édifice de la fin des années trente et la maison de la Culture de Chambéry qui est significative d’une des tendances des années quatre-vingt, s’étale un corpus et une durée qui montrent surtout une variété de procédures, de style et de situations. Les différentes versions de l’architecture des Maisons de la culture, entre la rigidité monumentale et la flexibilité programmatique, expriment bien la filiation de ces édifices avec les maisons du peuple mais aussi les contradictions et ambiguïtés d’un projet culturel centralisé confronté aux particularismes locaux.

Sommaire

Panorama / portfolio

Les maisons de la Culture en France, par Richard Klein

Maisons de la Culture, Maisons du peuple

Le Centre Albert-Camus à Orléansville (1955-1961)

Le « théâtre spontané » de Le Corbusier et le Palais des congrès de Strasbourg

Le programme phare du secrétariat d’État aux Affaires culturelles

Les premières maisons de la Culture

Un nouveau programme à l’heure des premiers bilans

Grenoble et Reims, l’expression synthétique du programme

Architectures sous influences, variété des solutions

Le temps des critiques

Les usages d’un nouveau programme

De la consécration des pratiques culturelles à l’obsolescence des usages

Le théâtre en mouvement

Les dernières maisons de la Culture

Les architectures de la transformation permanente

Monographies

André Wogenscky à Grenoble (1965-1968), par Hubert Lempereur

Jean Le Couteur à Reims (1964-1969), par Noémie Lesquins

Pierre Sonrel, Jean Duthilleul, Marcel Gogois à Amiens (1960-1965), par Simon Texier

Daniel Petit à Châlon-sur-Saône (1961-1971), par Richard Klein & Carine Lelièvre

Maurice Novarina à Thonon-les-Bains (1963-1966), par Carine Bonnot

Oscar Niemeyer au Havre (1972-1982), par Raphaëlle Saint-Pierre

Le Corbusier à Firminy (1953-1965), par Gilles Ragot

Annexes

Liste des maisons de la Culture en France

Biographie résumée des architectes

Bibliographie

Revue de presse

"Passionnante épopée politique et architecturale." (Jean-Philippe Hugron, Le Courrier de l'Architecte)

Auteur(s)

Richard Klein, architecte DPLG, docteur en histoire de l’art, professeur et directeur du laboratoire de recherche LACTH à l’École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille. Il est l’auteur aux Éditions du patrimoine de Robert Mallet-Stevens (2014), La villa Cavrois (2015).

Il a réunion autour de lui : Carine Bonnot, architecte, historienne de l’art. Carine Lelièvre, architecte. Hubert Lempereur, architecte au sein de l’Atelier multiple, auteur de Félix Dumail (2014). Noémie Lesquins, historienne d’art, archiviste-paléographe et conservateur de bibliothèque. Gilles Ragot, professeur en histoire de l’art contemporain à l’université de Bordeaux-Montaigne ; auteur de Le Corbusier à Firminy-Vert (2011), La Cité de refuge (2016). Raphaëlle Saint-Pierre, historienne et journaliste d’architecture ; auteur de Maisons-bulles (2015). Simon Texier, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’université de Picardie Jules-Verne, directeur de la collection « Carnets d’architectes » dans laquelle il a publié Georges-Henri Pingusson.